jeudi, juin 19, 2008








Mathieu - Mathieu (1972; Polydor 2424 032)

À quelques jours de la Saint-Jean-Baptiste (et dans les jours suivants), je vous invite à redécouvrir la scène folk underground Québécoise, fin 60/début 70. À l'époque, certains chansonniers troquèrent les chants traditionnels au profit d'oeuvres orginales, naviguant sous les radars dans leur canots d'écorce sur la houle émancipatrice héritée de l'Osstidcho en 1968 et de la crise d'Octobre 70. Pour se libérer du carcan qu'était devenue la scène folk de l'époque sans pour autant renier ses racines, le chansonnier Québécois du bien assez tard se mettre au diapason de la contre-culture de ses voisins et... s'américaniser
. Voici l'histoire de quelques-uns d'entre eux.

Qui pouvait bien être ce Mathieu? Sur son unique (?) album de 1972, l'auteur-compositeur signe tous les titres/arrangements et supervise l'instrumentation dans son ensemble. La production était assurée par Normand Bouchard et Jean-Marie Janson. Aucune information à propos de ces derniers si ce n'est une dédicace pour Janson retrouvée 1 ans plus tôt à l'endos de la pochette de l'album Triniterre de Plume Latraverse. En marge de ce LP, trois 45 tours seront aussi publiés (dont l'inédit J'attends toujours / Matagami Blues). Le folk martelé par Mathieu séduit par son éclectisme, fusionnant des breaks funky, des bruitages et autres effets de phasing sur des mélodies parfois planantes (Requiem, And life goes on, Les faux prophètes, Pour l'amour de toute la Terre), tantôt franchement pop (La musique, Une goutte de pluie) ou bien country (Just use the simple way, David Jonathan). S'inspirant en partie du ton pastoral de Guy Trépannier, l'oeuvre de Mathieu rappellera aussi par moments le son des Alexandrins, d'Anthony Green & Barry Stagg et même de Paul Parrish (chanteur folk-psyché américain méconnu).

D'entrée de jeu, Requiem semble donner le ton: un air en suspension avec ses crescendos planants et sa "communication pacifique" en guise de transition vers la Suite Requiem. Un extrait de ce break funky avait déjà été présenté dans "le projet Farfadet", un mix proposé plus tôt par Psyquébélique. Sur cette brève suite (La valse incomplète du mouton noir), quelques notes de mélodica soutiennent un jeu de guitare délicat avant de conclure sur le même extrait funky (solo de guitare devancé progressivement par un synthé distorionné et un accompagnement de bongos). Ailleurs, Toute la nuit ou la fragile Tu me reviens (et son solo de mélodica) évoqueront la pop du Système Crapoutchik: de délicieuses ballades qui, bien que miéleuses, séduisent par leurs mélodies accrocheuses et leur production parfaitement calibrée. And life goes on marque une transition: en plus de l'interpéter en anglais (tout comme 2 autres titres sur l'album), l'approche de Mathieu se complexifie en devenant juste-assez-psychédélique. Entrent ainsi des guitares cristallines émulant une sitar, un violon phasé, différents effets sonores ainsi que quelques cigarettes de jazz pour créer une ambiance éthérée, enracinée pour ne pas dire groundée. La pièce La musique célèbre sur des ryhtmes plus ensoleillés, dignes d'une samba-folk empruntée à Luc & Lise; la puissante voix aigue qui s'entrechoque au violon pendant les solos fera inévitablement penser à celle de Marie-Claire Séguin ou Lise Cousineau. Plus loin, des pellerins hippies sortent leurs bongos et leur flûte pour un long solo inspiré, se distinguant le temps d'une chanson des
Faux Prophètes au profit de...l'amour. Décidément, cet été de 1967 aura duré plus d'une saison... Bonne écoute! Laissez un commentaire!


We're just a few days from La Saint-Jean-Baptist, Quebec's national holyday (june 24th). Time to shead some light over rare folk singers/bands from late 60's/early 70's. Celebrating the 40th anniversary of l'Osstidcho (roughly translated to "That f***ing show", a 1968 cult socio-political review starring Robert Charlebois), the next few articles will focus on fairly underground folksters including Les Contretemps, Luc & Lise Cousineau, Marie Savard and many more... We begin our tour with the mysterious Mathieu. This unknown folk-singer only wrote originals and played all of the instruments on his lone (?) 1972 eponymous album. No other facts could be retrieve, neither about this LP or it's producers (Normand Bouchard & Jean-Marie Janson). Opening number (Requiem/Suite) mixes folk-psych with 2 great funky instrumental breaks recalling Jean Le Fennec's album "Phantastic". As this soft folk-psych singer was walking away from traditional songs, he also chose to sing three songs in english. "And life goes on" is a wonderful number, full of weird noise/backward tape efefcts over a catchy melody. You'd swear it was a lost Paul Parrish title from his "Forest of my mind" album. Seriously, it's that good! Elsewhere, "Les Faux Prophètes" (fake prophets) offers a great hippie vibe, with guitars, bongos and a groovy flute solo. Leave a comment as you download!



Téléchargez cet album / Download this album:

Mathieu - Mathieu (1972; Polydor 2424 032)

12 commentaires:

Anatole le farfadet a dit...

Bon enfin, je me disais bien que t'allais en parler de cet album là. J'adore la passe instumental de Requiem mais elle est coupé en deux segments (que j'avais recollé pour mon mix). C'est un peu comme la pièce "to all the girls" sur l'album Paul's Boutique des Beastie Boys qui introduit et conclu l'album.

S.ébastien a dit...

Bonne comparaison...

C'est vrai, y'était temps que je le publie celui-là. Pour être franc, ma première écoute m'avait qq peu laissé pantois, mais avec le temps j'en suis venu à l'apprécier à sa juste valeur, surtout pour la face A. Je surveille présentement le simple Matagami Blues sur eBay. Ce serait génial si ce 45 tours incluait d'autres élans instrumentaux dignes de "Requiem"...

Mon petit doigt me dit que cet artiste devait être un musicien/ingénieur de studio. Pour un musicien évoluant en solo, ça sonne franchement bien. On mentionne les "Éditions Charton" sur l'endos de pochette; peut-être est-ce le nom de mystérieux Mathieu... Allez savoir!

Anatole le farfadet a dit...

Wow, achète le. Et fais nous découvrir ça.

Béatrice a dit...

Merci pour ces belles découvertes ! C'est grâce à des blogues comme le vôtre que ces artistes géniaux et méconnus d'hier ont aujourd'hui droit à une deuxième chance méritée. Bel album que celui de Mathieu, je le découvre ce soir.

Vente de garage a dit...

Hey!
Si jamais tu gagnes pas le 45 t de Mathieu sur eBay, laisse-le moi savoir, je l'ai et j'y tiens pas!
J'te ferai un bon prix!

Anonyme a dit...

A very interesting and beautiful album. Thank you for the opportunity to hear it.

Michel a dit...

Je suis bien heureux d'entendre enfin cet album de Mathieu. J'ai pensé que c'était Daniel Mathieu. Un autre album à écouter au moins une fois dans sa vie : Le Clan, de Pierre Nolès. Merci pour tout cela !

S.ébastien a dit...

ehehe Alors j'en déduis que tu ne réécouteras plus ces albums?

Mmm..je tâcherai de satisfaire l'audiophile que tu es en publiant un album bon du début à la fin! ; p

Michel a dit...

Ne plus les réécouter ? Évidemment non ! J'ai bien écrit : "au moins" une fois.

S.ébastien a dit...

ehehe Je vois, il y avait bien "nuance"...

Si tu aimes le Mathieu, tend l'oreille pour le second album de Guy Trépannier, "Suite & Fin".

raymix a dit...

J'ai le 45 rpm de Matagami Blues
(Etiquette "Sono Style" #GG 002)
si jamais sa t'interesse.

Condition tres propre, compte tenu de l'age et la rarete du vinyl.

En passant, tres bonne idee ce site - Bravo et longue vie !

S.ébastien a dit...

Merci de ton commentaire et de l'offre, Raymix!

J'ai depuis trouvé ce 45 tours ainsi qu'un rare pressage français d'un autre simple de Mathieu, sans inédits mais avec une pochette photo. J'ajouterai l'image très bientôt!