samedi, mars 28, 2009






The Corvairs - Mashed Potatoes Time
(1963; Olympia LPO-102)

Il y a de ces albums beat qu'on peut facilement ignorer au gré de nos journée passées à chiner la perle rare dans les marchés aux puces ainsi que les ventes de garage. Les Corvairs sont du nombre. Sous leurs airs guindés et leur catalogue presqu'exclusivement constité de reprises, rien ne semble vraiment les distinguer des autres groupes instrumentaux, alors si populaires au Québec. Après tout, leur son n'est pas aussi rafiné que celui des Mégatones ou des Jaguars, ni trop frat rock comme chez Les Corvets et bien loin de la frénésie teenbeat des Melody Makers (nous reviendrons sur ce groupe exceptionnel dans un prochain article). C'est un plaisir coupable, voilà tout. Léo Roy qualifiait leur son comme similaire à celui du duo étatsunien The Fendermen; sans le côté parfois loufoque de ces derniers, il y a néanmoins des ressemblances (peut-être est-ce encore plus évident sur leur second album). Témoins d'une brève période où les riff instrumentaux pouvaient se hisser au palmarès, Les Corvairs durent néanmoins déclarer forfait après 1963. L'invasion Britannique menée par les Beatles venait d'électrifier la planète entière aux rythmes du merseybeat et personne n'allait regarder en arrière...

Quatre Montréalais se rencontrent à la fin des années 50: Louis Vital (voix, guitare), Bobby Inch (batterie), Robert Baril (basse) & Claude Picotin (guitare solo). Le groupe enregistrera trois 45 tours sur les étiquettes Aladin, Fleur-de-Lys puis Olympia. Fiers d'une tournée constante des cabarets entre Montréal et Québec, le groupe signe un contrat pour deux albums avec ce dernier label. Possiblement cannés en une seule séance, les deux albums furent rapidement pressés en 1963; le titre du premier (Mashed Potatoes Time ; LPO-102) fait déjà référence à un titre qui ne se retrouvera que sur leur second (The Corvairs ; LPO-106).



Des 10 titres proposés, seuls The Corvairs Beat et Peppermint Style sont des créations originales; le reste de l'album se résume à d'honnêtes reprises de succès popularisés par Wilbert Harrison (Kansas City), Duane Eddy (Movin and Groovin), Herbie Hancok (Water Melon Man), Jimmy Forrest (Night Train), Hank Ballard (Let's go) ou The Ventures (Ram-Bum-Shush). Le tout ne manque pourtant pas de mordant, surtout du côté de la captation live tonifiée d'une bonne dose de reverb. L'interprétation vocale est pour sa part trop souvent réservée; à écouter Vital chanter, on peut en effet difficilement croire qu'il y a a lot of sheeking going on [sic]... The Corvairs Beat démarre avec classe sur un riff rockabilly plutôt convenu. L'introduction de Peppermint Style aura tout de même de quoi vous décrocher un sourire avant de rocker la barraque: What are we gonna do now, a chacha? No! A mambo? No! A twist? Yeaaaahhh! Le groupe semble d'ailleurs plus solide sur ses propres compositions tout comme sur les autres titres instrumentaux.

Le groupe se séparait subitement après avoir gravé ses deux albums pour Olympia. Il se reformerait en 1967, échangeant au passage Picotin pour un nouveau soloiste (Gerry Dusseault) jusqu'à leur dissolution en 1978. Tout de même! Pour sortir du lot, le groupe aurait du opter pour un pseudonyme avec plus de coffre. Entre vous et moi, j'aime bien la Corvair 1959, mais ce n'est pas une Pontiac Bonneville Coupe si vous voyez ce que je veux dire. Mashed Potatoes Time témoigne toutefois à sa manière du son des soirées de la Casa Loma ou du Domino, des cabarets montréalais populaires tout au long des années 60. Enregistré à la va-vite et publié discrètement au pinacle du rock instrumental, l'album demeure en rotation constante chez votre auteur depuis peu. À rechercher les plus pertinents moments de notre modernité sonore, j'ai récemment eu un coup de coeur en compagnie de mes compairs de Misérablement Vôtre (abonnez-vous!) pour les débuts du rock n' roll Québécois. Je proposerai ainsi bientôt un survol d'autres albums beat pré-1965, notamment ceux des Melody Makers (1963; Plaza PL-3301) et de Léo Benoit (1960; Guitare GTL-1923).


Téléchargez cet album / Download the complete album:


The Corvairs - Mashed Potato Time (1963; Olympia LPO-102)

9 commentaires:

Vente de garage a dit...

Ouais, sont bien ces 2 chansons instrumentales!

Bien hâte de te lire sur les melody Makers et Léo Benoît!

Quel hasard, je travaille présentement sur une compilation de rock'n'roll et rockabilly québécois!

On pourrait faire concorder nos mises en ligne, question de se complèter encore une fois!
;)

S.ébastien a dit...

À force de bloguer, on en vient tous à avoir des préférences musicales interconnectées. Ça me fera évidemment plaisir de te tenir au courant.

Simon a dit...

Belle pochette. J'ai jamais vu celle-là.

J'avoue que j'aurais été capable d'imaginer cet article sur Vente de Garage.

Félix tu m'intrigue. Qui comptes-tu inclure dans cette compil Félix ?

S.ébastien a dit...

Merci Simon. En effet, beau graphisme! Je suis certain que Félix ne m'en voudra pas de bifurquer ainsi par moments sur le beat/garage... Disons que depuis que j'ai mis la main sur les Melody Makers, j'ai décidé de ne plus négliger cette première phase rock n' roll (1957-1963).

Anyway, je reviendrai toujours au psyché-folk-pop. ehehe

Vente de garage a dit...

ben voyon donc, c'est officiel que je t'en voudrai jamais! haha

On continue de bien de se compléter! Et pourquoi pas cet article aussi chez Psychébélique? J'me rappelle d'avoir entendu des trucs plus rock'n'roll/surf comme Les Talismans chez Simon aussi! Et des trucs plus psych pop sur Vente de garage... donc, on touche tous à tout anyways!

Pour la compile, j'ai déjà plus d'une 20aine de tounes numérisées.. reste à en choisir une 15aine, la crème de la crème... une chose est sûre, je n'ai pas Les Melody Makers! ; )
Le reste, j'ai du André Lejeune, dont on a déjà parlé, Jacques Fuocco, véritable nugget rock'n'roll, Roger Miron, Marcel Martel, etc, etc... y'en a beaucoup!

yeyequebec a dit...

Très bon article S.ébastien. J'aime bien les deux albums des Corvairs. J'aime de plus en plus cette période 1960-1964. Il y a beaucoup de "covers" sur ces albums, mais les versions sont souvent intéressantes, soit pour les changements que les groupes apportent ou par leur côté plus primitif dans la façon de jouer ou dans l'enregistrement. Je voyais que tu allais parler de Léo Benoit. As-tu entendu son 1er album "Le rock and roll dans mon lit"? Ça vaut vraiment le détour!!!

S.ébastien a dit...

Merci Michel! Je découvre aussi de petits bijoux négligés de cette période comme The Monsters "Beat n' Hit's" qui offre plusieurs covers des Beatles et 2-3 originaux (Beatle Hair est franchement sympathique).

Je faisais justement référence à cet album de Benoît. Je n'ai pas encore l'original de 1959, mais le second pressage de 1960 (pochette couleur dessinée). Pas mal comme précurseur du rock n' roll, mêem si la pièce titre rock au son...d'un accordéon! Ouch!

Verysixty a dit...

Bonjour,
serait-il possible de remettre le lien rapidshare à jour, il n'est plus actif ?
Ce site est génial, beau travail !

S.ébastien a dit...

Merci du commentaire Verysixty! Je n'avais pas remarqué que le lien n'était plus actif... tutututtt

Tout est maintenant réactivé! Bonne écoute!