dimanche, novembre 02, 2008

À la rencontre des Frères Bonneville
1re partie: les Disques Monde

Entre blogueurs, nous avons souvent échangé depuis quelques mois au sujet du catalogue de l'étiquette Disques Monde. Ce minuscule label ne publia qu'une vingtaine de 45 tours ainsi que 2 albums, mais s'imposa néanmoins par son écurie écclectique de groupes garage: Les Différents, Les Standells, Les Moribonds, le Baron Phillipe de Notre-Dame et même le burlesque Gérard Nono Deslauriers y enregistrèrent leur rare (et souvent unique) lègue à la postérité. À la suite de ces récents articles, j'eut le plaisir de correspondre avec Lucien Bonneville, guitariste et frère de Yvon Bonneville ayant endisqué un 45 tours pour cette même étiquette. Les prochaines références seront donc tirées de leurs témoignages.

Yvon Bonneville - Ça fait mal / Monsieur Jean (1967; Disques Monde 867)

À leurs débuts, Les frères Bonneville cimentent leur son, comme tant d'autres artistes, en spectacle en sillonnant les sous-sols d'églises et les gymnases d'écoles de Montréal. Une fois majeurs, ils purent rejoindre un plus large public dans des clubs locaux (Le Café Rainbow; le Rialto et le Montmartre sur Saint-Laurent, l'Étoile de l'Est sur Ontario). C'est justement au Rainbow qu'ils feront la rencontre de Douglas Thompson (un très bon musicien, un artiste de couleur et aveugle) , alors organiste-maison de ce club. Il aura tôt fait de les rejoindre aux Studios RCA Victor pour graver l'unique simple de Yvon Bonneville. En plus de ce dernier, le groupe était alors composé de Lucien Bonneville (lead guitare), Jimmy Dabaté Jr (guitare rythmique), Loris Mangano (basse), Clément Landry (batterie) & Douglas Thompson (orgue). La musique fut enregistrée le 1er septembre 1967, les voix le 6 septembre. Le disque fut lancé le 2 octobre. Ken Ayoub (Les Différents) et Gilles Brown assurèrent la production, assistés de Lionel Parent (technicien).
Yvon Bonneville, Lucien Bonneville (guitare).

Le chanteur laissait transparaître ses multiples influences rock glanées dans les clubs de Montréal. Celui qui affichait autrefois une coiffure à la Jerry Lee Lewis démontrait toujours son penchant pour Elvis, reprenant en face A le tube It hurts me, rendu célèbre par le King en 1964. Cette ballade typique, soutenue d'un orgue et de choeurs timides, laisse beaucoup d'air au chanteur qui peine par moments à combler l'espace. Sous ces rythmes plus retenus, un Bonneville fougueux se vautrait en attendant d'exploser sur la face B.

Le courant passe au 220V sur Monsieur Jean qui, bien que créditée à Yvon Bonneville, se révèle être le parfait hybride de 2 titres beat-garage: Farmer John (du groupe The Premiers, compilé sur l'essentiel Nuggets) & Shout (des Isley Brothers). L'influence des Wailers est ressentie dès les premières notes sur cet high energy rock n' roll primal et déjanté, idéal pour réchauffer n'importe quel sous-sol d'église. Des guitares nerveuses et un solo explosif, une basse dans le tapis et un batteur frénétique accompagnent un chanteur définitivement plus en contrôle. Un parfum de nitroglycérine enveloppe la finale, .brève et convulsive! Curieusement, c'est à nouveau cette face B qui aurait gagné à être lancée comme simple. Le groupe semblait d'accord avec cet énoncé puisqu'il choisit Monsieur Jean pour son unique prestation télévisée en 1967, à l'émission Bonsoir Copains (CHLT).


Bob et les Damiks - Dans cette ville / Diane (1966; Disques Monde 860)

Au moment de signer pour les Disques Monde, les frères Bonneville appuyèrent une autre production en cours: Bob & les Damiks. Sans néanmoins contredire la fiche technique proposée par Léo Roy dans La merveilleuse époque des groupes Québécois des années 60, le témoignage privilégié de Lucien Bonneville apporte une certaine nuance quant à la composition du groupe. Il précise: J'ai lu et entendu plusieurs infos érronées sur les noms des musiciens. Voici les noms de ceux qui ont effectivement joué sur ce 45 tours: Robert «Bob» Dadario (chanteur), Lucien Bonneville (guitare), Armand Proulx (batterie), Régent Ricard (basse) & Jean Louis St Cyr (orgue). Exit donc Johnny Côté et Jean-Louis Talbot...

Bien que cet unique et rare simple n'obtienne pas la faveur des palmarès, le groupe pourra néanmoins le casser à l'émission Bonsoir Copains (CHLT; avec Jean Malo) en 1967. Dans cette ville (bonne reprise de We gotta get out of this place de Eric Burdon & the Animals) bénéficie d'une ronde ligne de basse qui soutient une guitare et un orgue judicieusement amplifiés comparativement à l'original. Si Bob sussure ses couplets, il sait rapidement insufler l'énergie nécessaire à ce refrain culte. Tassez-vous de d'là! Diane, la face B, est une composition de Bob Dadario dans le style ballade. Rassurez-vous! Sous les choeurs éthérés des Damiks, le chanteur n'hésite pas à sortir ses tripes sans négliger son français parlé, ralentissant le débit jusqu'à l'obligatoire monologue qui ferait craquer cette Diane qu'il convoite tant.

Témoins d'une transition culturelle fulgurante, Yvon & Lucien Bonneville participeraient ultimement à un autre enregistrement en 1967 sous le pseudonyme psychédélique The Purple Haze. Ne manquez donc pas dans les prochains jours la seconde partie de ces témoignages. Merci à Lucien Bonneville pour sa générosité. Je vous invite à laisser un commentaire à l'attention des frères Bonneville; tous vos courriels leurs seront directement acheminés.

Rare glimpse inside Yvon Bonneville's works through the recollections of his brother and fellow guitarist Lucien Bonneville. The Bonneville bros. published only one 45 on the cult label Disques Monde, the infamous garage-stomp hit Monsieur Jean, an hybrid cover of the Premiers "Farmer John" and Isley Bros. "Shout!". Turns out they also worked with label mates Bob & les Damiks and played on their sole and obscure 45 wich included a sweet reprise of The Animal's We gotta get out of this place as well as an original ballad (Diane). Don't miss the second part of this special as we'll have a look at their last 1967 psychedelic production, sung in english, under the name The Purple Haze. Please leave a comment.





8 commentaires:

yeyequebec a dit...

Oh yeah! Merci pour cet article,j'ai hâte de lire le reste. J'en reviens pas comment Yvon Bonneville ressemble à Jerry Lee sur la 2e photo! Merci de faire la lumière sur Bob et les Damik's. J'ai toujours trouvé très cool les groupes québécois qui faisaient des covers des Animals.
En passant quel est le 2e
Lp sur Monde? Y'a les Différents et...? C'est drôle comment je ne suis pas capable de m'en souvenir.

Vente de garage a dit...

S.ébastien, whoa, tu frappes un circuit ici! Excellent article! Merci pour toutes ces infos. M. Bonneville semble d'une générosité sans pareil si on se fie aux infos qui sont révélées ici!

Dans cette ville de Bob & Les Damicks, WOW! EXCELLENTE reprise! Une découverte alléchante!

Monsieur Jean est tout simplement, à mes oreilles, une des meilleures chansons garage/r'n'b du Québec! C'est sublime et parfait!

En ce qui concerne les LP sur disques Monde, y'a effectivement Les Différents et le seul autre dont j'ai eu vent est un enregistrement d'une chorale anglo montréalaise qui se nommerait La Minorité. L'album s'intitule Vive la liberté... il est en vente sur gemm.com!

Vivement la suite de la saga Bonneville!!!

S.ébastien a dit...

Je me disais aussi que ce second LP sur Disques Monde devait en être un d'exploitation ou de quelconques reels... Une chorale? Pourquoi pas! ; )

Merci de vos commentaires messieurs! Vous allez adorer leur dernier 45, croyez-moi!

yeyequebec a dit...

Si tu parles du 45t de Purple Haze, je peux dire tout de suite que j'aime beaucoup, car j'en ai un exemplaire chez moi :p J'ai hâte de lire à propos de cette formation.

S.ébastien a dit...

Nous n'avons malheureusement que peu d'information au sujet de cette formation. Je tâcherai néanmoins d'être pertinent.. ehehe

Aildoux a dit...

Merci pour ces 45trs. J'ai remarqué que tu a changé les images des étiquettes. Je préfère une image réaliste avec le vinyl et non avec un arrière-plan blanc. C'est mon petit grain de sel.

mptrottier@hotmail.ca a dit...

Hé ben, hé ben!!
Salut les Boys, vraiment heureux de ré-entendre parler des vous deux. Hey Lucien, j'ai toujours ta Fender Mustang tel que promis, je ne l'ai jamais vendu, encore moins donné. J't'en bouche un coin non?
Give me some news (both of Y)
mptrottier@hotmail.ca
Je pense que j'au aussi un exemplaire ou deux des disques Monde....
Où est rendu la Loulou ?
Ciao
Michel

S.ébastien a dit...

Bonjour, Je leur transmets votre message.