mardi, février 09, 2010



Tony Roman


Miscellannées du Rock Québécois (1970-1974)


Question de se secouer les puces, chasser le blues hivernal et vous démontrer que Patrimoine PQ peut discuter d'autres choses que de pop-folk-psychédélique, j'ai pensé vous offrir une sélection de quelques-uns des meilleurs 45 tours rock du début des années 70. Si le son pesant et testiculaire des rockeurs se frayait timidement une place dans les moeurs post-yéyé, nous étions pourtant au carrefour des influences internationales et à l'avant-scène du véritable son du Québec moderne. Tout se mettait en place. Certains le chanteraient en français, témoignant parallèlement de l'évolution de notre langue dans des formes d'expression résolument américaines* (Charlebois, Vos Voisins, Aut'Chose, Dyonisos, Connexion), d'autres traduiraient leurs intentions vers une prose plus facilement exportable (Morse Code Transmission, Le 25e Régiment, Les Sinners, Guillotine, Ellison, Blind Ravage). Tous étaient francophones ou francophiles, mais cherchaient à se démarquer sur une scène qui voulait aller 40 degrés au dessus du yéyé... Dans un Québec qui s'affirmait simultannément par ses racines auropéennes et ses influences américaines, cette dualité qui nous est si singulière se complexifierait par la montée du mouvement souverainiste et la Crise d'octobre.

Comment créer un rock typiquement Québécois? Ce n'est pas donné à tout le monde de rocker en français; une simple traduction ne suffit pas et certains s'y casseraient les dents (je pense à quelques textes du premier disque du groupe Sex, par exemple). Michel Pagliaro, ancien chanteur des Chanceliers nouvellement libéré de son image de bon garçon, arriverait d'ailleurs à point au début d'une nouvelle décennie pour paver la voie à une vague pancanadienne de boogie rock, par moments bilingue. L'entendez-vous frapper? Certains le précéderaient il va sans dire, et d'autres l'imiteraient, mais tous profiteraient de son impulsion!

* En référence au continent entier.



Angelo Finaldi & Richard Tate - Le Sorcier le Maudit / Pas Fou (1974; Extra EX 7726)


Finaldi (guitariste) et Tate (batteur) ont tous deux fait partie de la seconde mouture des Sinners, suivant la formation de la brève Révolution Française avec Françcois Guy, Arthur Cossette et Louis Parizeau. Recrutés pour leur incandescence glam, ces deux rockeurs feraient évoluer le son des Sinners jusque dans la seconde moitié des années 70 avec les albums Le chemin de croix de Jos Roy, «Tête de Monstre» et «?» pour ne nommer que ceux-ci. Ils accompagneraient simultannément une foule d'artistes dont Nanette, en plus de produire chacun leurs propres albums solo. Finaldi réaliserait Angie en 1974 tandis que Tate enregistrerait Tate à Tête la même année et un album éponyme deux ans plus tard. Fans de glam-rock, prenez note; l'article du blog Psyquébélique vous convainquera. Leurs noms sont intrinsèques au rock Québécois, tout comme d'autres moult fois cités pour leurs collaborations inventives: Nanette, Pagliaro, Roman, Georges Thurston, Walter Rossi (guitariste, ex-Influence, ex-Charlee), Pete Tessier (guitariste et ingénieur) & Quentin Meek (ingénieur).


Walter Rossi (photo puisée sur walterrossi.net)

Le Sorcier Le Maudit, un simple tiré de l'album Angie, est logiquement crédité au duo Finaldi & Tate sur l'étiquette. La chanson avait été composée pour Johnny Hallyday l'année précédante pour son album Insolitudes alors que le duo séjournait en Europe avant de revenir au pays avec Nanette dans leurs bagages. La version de Johnny ralentie la cadence et la fureur, mais demeure solide. Tate et Finaldi allaient bientôt paufiner tout ça...



Cette production signée Tony Roman nous replonge dans un thème souvent exploré par ce dernier, soit le mysticisme amérindien. D'un riff glam pesant qui n'est pas sans rappeler ceux de T.Rex, l'histoire de ce shaman touche terre sur fond de tonnerre:

Il semait la révolution et les gens avaient peur de lui.
Et les filles les plus tranquilles quittaient tout pour lui.

Le faiseur de pluie.

Le Sorcier. Le Maudit.

Il parlait au vent chaque nuit... et il pleurait!




Difficile de se retenir d'accompagner le duo de quelques coups de air guitar ! Les deux face ont la particularité d'être électrifiée par le guitariste émérite Walter Rossi. La face B, co-signée par Luc Plamondon, titille les oreilles à la première écoute. D'où provient ce riff de l'intro? Ça me dit quelque chose... En effet, le tout n'est pas sans rappeler les premières notes de Everybody's got something to hide except me and my monkey des Beatles. Et à la manière de l'Album blanc, ce titre revient loussement à la base avec son 12 bar blues et rejoint du même coup le son popularisé justement par Pag. Madeleine Chartrand et Nanette, la blonde de Finaldi à l'époque, ajoutent leurs voix à Pas fou et au reste de l'album d'Angie. Recommandé.



Tony Roman - Vers l'Atlantide / Comment
(1970; R&B 612 )



On a souvent mentionné sur ce blog le rôle important que jouait le producteur/dépisteur/gérant/ingénieur/chanteur Tony Roman dans l'affranchissement du rock et du r&b dans le Québec des années 60-70. Véritable touche-à-tout, en fondant son étiquette Canusa, il démontrerait son sens du timing en adaptant ses véhicules promotionnels selon ses artistes fétiches et les moeurs à la mode. Et en temps Roman, les aiguilles tournent vite... En peu de temps, on l'associe à une foule d'étiquettes aussi variées et simultannées que A1, Majaro, Visa, Élite, Ballade, Révolution, Kot'Ai (lire plus bas) et R&B. J'ai toujours eu un faible pour cette dernière, une brève incarnation de 1970 qui ne dépassa pas l'année, (en opération de janvier à septembre seulement) lui devinant un acronyme juste assez culotté pour «Roman & Blues». Dans l'approche et la production limitée, on dénote plusieurs similitudes avec l'étiquette montréalaise Chart On. Coincidence? À ce sujet, voici la liste des simples R&B; je tiens à remercier Félix Desfossés, Robert Thérien, Michel et GustavOne pour leurs contributions.

R&B 601 Trevor Payne - Fa Fa Fa / Tu ne sais pas comme je sais
R&B 602 Tony Roman - Mes Blouses / Au Canada
R&B 603 Réjean & Pierre - Étrange Ville / Message
R&B 604 Georges Marchand - Ma belle amie / Bozo
R&B 605 Flo Prud'Homme - Le barreau de chaise / Les Vacances

R&B 606 Frédéric (Boudreau)- Je me souviens / Ceux qui ont mon âge
R&B 607 Loulou - Le soleil et l'amour / My love
R&B 608 Jacques Desrosiers - Pollution de l'air / Le beau temps
R&B 609 L'Armistis (Jacques Crevier) - Ma vie / Souris-moi
R&B 610
Marie-France Dubois – Viens-t’en viens-t’en / J’entends toujours le même refrain
R&B 611 Présence - Le temps de l'amour / Y'a un homme

R&B 612 Tony Roman - Vers l'Atlantide / Comment

Si l'excellente face A du dernier (?) simple de Roman pour son label, Vers l'Atlantide , a déjà été plébiscitée par Satan Bélanger sur l'essentielle compilation Freak Out Total Vol. 3, il ne faudrait pourtant pas négliger le rhythm & blues sale et ultra pesant de sa face B, Comment.

Tournez! Tournez! Tournez-vous ensemble?
Tournez-vous? Tournez vers l'amour!
Comment? Comment? Faire la révolution!
Comment faire, faire la révolution! Whooaoow!


À gorge déployée,
le chanteur y liste sommairement les éléments essentiels à sa révolution, sans fleurs ni "doigts en V". L'imposante guitare doit d'abord partager le mix avec un accompagnement plus fignolé de piano électrique, choeurs féminins et saxophone, mais c'est pour mieux revenir à l'avant-scène vers 1m48s, sous un tonnerre de percussion. Quelle décharge! On imagine la sueur perler des murs du studio!


Tony Roman - Rain Train Crescent Street / Come and see the show (1972; Kot'Ai KO 152)


La fibre r&b de Roman l'accompagnerait encore sur quelques simples ultérieurs à sa phase Canusa, notamment sur le méconnu label Kot'Ai. Déjà responsable des publications de L'Infonie (Volume 333), Toubabou, Mohagony Rush ou du mystérieux groupe folk Moonstone, cette minuscule étiquette aurait bien pu être l'un des nombreux projets auquel le producteur s'associa, du moins partiellement. On sait déjà qu'il participa à titre d'ingénieur pour l'album de Moonstone et qu'il produisit un simple sur ce label à la même époque. Le reste n'est que pure spéculation, même si l'oeuvre de Roman demeure des plus tentaculaires... L'étiquette poursuivit ses activités au cours des années 70, changeant même de design vers 1975, misant presqu'essentiellement sur des artistes anglophones.

Sur la face A ( Rain Train Crescent Street ) de ce simple peu commun, on jurerait que le chanteur a emprunté sa section de cuivres à celle de John Fred & the Playboys. Au piano, Roman y va de sa voix nasillarde et d'un ton salace pour nous replonger dans la scène entre la rue Crescent et la Main. You got nothin' to win, nothin' to lose / When you're feelin' it, babe / Woman, you make me feel so loose. Les paroles demeurent vagues et la prose sobre, mais ce n'est que du rock n' roll après tout et ce qui prime, c'est le groove. Vous serez servis. La face B, Come and see the show , nous offre un Roman avec juste ce qu'il faut de reverb dans la voix pour planer sur sa ballade morose. On le sent plus investi aussi. Le style rappele par moments celui des chansons torturées du regretté Chris Bell (Big Star) ou, plus près de nous, Jean Fortier. Comme ce dernier, il transpire les influences blues et soul entre des choeurs chauds et éthérés. Tout cliquait si bien, pizzicattis compris... si ce n'était de ce saxophone plus qu'intrusif.

Les productions de l'étiquette Kot'Ai demeurent à être cataloguées. Si vous souhaitiez contribuer quelques informations relatives au label ou à d'autres artistes qui y furent publiés, ne vous gênez pas pour nous écrire.






Max - The Flying Dutchman / Run Run (1970; Trans-World TWS 1740)


Un mystère que ce groupe. Nous n'avons pu recueillir aucune information quant à l'identité des musiciens, si ce n'est le nom de leur producteur: H. Leopold. Publié sur l'étiquette Trans-World, leur unique simple fut probablement enregistré autour de 1970, si on se fie au 45 tours du groupe Oliver Klaus (Feeling Groovy TWS 1733) publié à la même époque. Extrêmement recherché, une copie fut vendue sur eBay récement pour la ronde somme de 250$. Si vous êtes en possession d'informations supplémentaire au sujet de Max, contactez-nous! J'en profite pour remercier Stéphane, un collectionneur émérite qui m'a gentiment aiguillé vers ce rarissime simple.


Ce rock est définitivement encré dans des influences west-coast si ce n'était de son matricule, pourrait être difficile à situer dans le temps. C'est que ce son n'était pas encore popularisé en province à l'époque et je m'avancerai en le décrivant comme légèrement avant-gardiste. Cela dit, ce groupe rock ne révolutionne aucune convention stylisque, mais parvient noblement à ses fins. The Flying Dutchman démarre avec une mélodie cyclique qui révèle un pont moyen-oriental avant de d'emboîter vers un refrain plus soutenu avec choeurs féminins. L'attitude rock y est, mais on sent la recette; il ne manque qu'un petit quelque chose il me semble pour que ça lève. Peut-être de meilleures paroles... La face B, Run Run , démontre plus de potentiel avec sa rythmique lousse et subtilement funky. Le soliste, plus timide que sur la face A, y va de quelques élans à nouveau pas piqués des vers. Qui étaient ces musiciens?




Here's a sample of early Quebec rock scene, circa 1970-1974. Michel Pagliaro and Offenbach may be our most famous french speaking acts in the genre, but many others tried to define a true Quebec rock, most notably in french. A wide scene regrouping maverick producer/singer Tony Roman bloomed at the start of the 70's, showcasing tons of other rock influences such as Nanette Worman, Angelo Finaldi & Richard Tate (Les Sinners), Georges Thruston (Boule Noire, 25th Regiment), Walter Rossi (Influence, Charlee), Quentin Meek or Pete Tessier (sound ingineer)... Bands such as Dyonysos, Vos Voisins, Connexion or Sex also put out a fair share of sweaty, ballsy blues rock. Charlebois had opened the gates in the 60's and now the beast was loose.. to rock in french! If you have any informations about the Kot'Ai label or the musicians behind the rare and unique single by Montreal band Max, write us.


Téléchargez tous ces simples / Download all these 45 :


Miscellannées du Rock Québécois (1970-1974)

43 commentaires:

Vente de garage a dit...

WoW!
Merci pour Max, c'est un grand mystère ce 45 tours!

Excellente sélection de rock, merci S.éBastien!

Félix

S.ébastien a dit...

Rock on, Félix!

Anonyme a dit...

Bravo S_ébastien toujours excellent,en passant je crois que Johnny Hallyday a enrégistré le premier la pièce le sorcier maudit alors que Finaldi Nanette(petite amie de Johnny a l'époque) et Tate était de l'équipe Hallyday,pour ce qui est du label R&B c'est une étiquette mytique au Québec comme aussi les etiquettes Monde ou Loir et quelques autres,pour ce qui est de MAX j'espère que quelqu'un va se manifester pour dire qu'il ou qu'elle en était membre,en ce qui concerne Tony Roman on peut dire que c'était notre Phil Spector Made in Québec.Bonne salutation et Merci.Stéphane.

S.ébastien a dit...

Merci Stéphane. Disons plutôt le Kim Fowley Québécois.. ehehe

J'aurais pu souligner la participation de Finaldi au catalogue de Hallyday, mais j'ignorais totalement que ce dernier avait aussi chanté ce simple! Wow!

Ouaip.. chacun a ses étiquettes fétiches. En ce qui me concerne, j'ai un faible pour les méconnues/mésappréciées comme R&B, Chart On, Crescent Street, Jnob, etc. Disques Monde, toujours gagnant, même quand c'est pas bon. On est complétiste ou on l'est pas! ehehe

Anonyme a dit...

Re-bonjour S_ébastien,il faut dire que Tony Roman fut l'émule de pas mal de monde a ces début ce fut Gilbert Bécaud après avec Les Dauphins c'était un peu notre Freddy Garrity (Freddie & The Dreamers)avec tout ces sautillements quand il chantait Do wah diddy et sha-la-la a ces début comme producteur-propriétaire de Canusa je crois qu'il recherchait a reproduire le fameux mur du son de Phil spector je ne sais pas si t'as vu le film (On sait ou entré Tony mais ces les notes) de Claude Fournier on voit Tony derriere sa console de mixage avec les Soeurs Gallant et Marthe Fleurant cherchant le son juste pour la chanson Pense a notre amour(Stop in the name of love)et lui meme chanter la chanson crier,crier,crier avec un mur d'echo booster au Top par la suite lors de la découverte de Nanette aux E.U. on disait d'eux qu'ils etaient les Sonny & Cher du Québec quelques années plus tard lors de sa collaboration avec des groupes comme Les Sinners-La Révolution Francaise sur Canusa au début par la suite sur A-1 on a eu droit a une évolution très positive de l'univers musicale de Tony je pense surtout a Meledictus sound et Reels Psychédélique a cette période Tony Roman était surement notre Kim Fowley jusqu'a la fin de son épopée musicale Tony nous a toujours donné un produit de qualité digne des plus grands de la production internationale.Pour ce qui est de la chanson (Le sorcier maudit)chanté par Johnny Hallyday vas sur dailymotion et tappe dans le moteur de recherche Johnny Hallyday Le Sorcier Maudit tu vas voir le clip de 1973 la chanson est tirée de l'album Insolitudes de la meme année.Merci.Stéphane.

Simon a dit...

Après écoute, j'avoue qu'il semble y avoir un lien de parenté entre ces pièces qui pourraient paraître disparate de prime abord.

Il y a eu du très bon Rock 70's ici et c'est dommage qu'il brille par son absence à la radio mainstream ET underground. À part pour Pag, qui connait Tate, Angie, Danger et les derniers albums des Sinners.

Tony Roman ça m'étonne moins, que ses années 70 soit moins connu, il a sorti aucun LP. Rainy Train Crescent Street, wow. Une découverte pour moi.

S.ébastien a dit...

À part "Comment", le reste provenait de récentes découvertes. Tant qu'à rocker, j'aimerais bien un jour publier d'autres articles sur Connexion (excellent hardrock), Aut'Chose (Lulu fait têter les rééditions), Orphée (rare et excellent rock de St-Pierre-et-Miquelon), etc.

CHOM entretient mal son propre mythe. Ça m'impressionne rarement lorsque je synthonise pour finalement tomber sur du Rush ou du BTO.

Angelo Finaldi est sur Facebook et il m'a écrit cet après-midi! J'y ai retrouvé Quentin Meek, Peter Tessier, quelques Sinners aussi. Ça vaut la peine de rechercher pour des témoignages authentiques.

Je me surprends aussi de découvrir des oeuvres/collabos méconnues de Roman année après année. Il m'impressionne toujours de plus en plus...

Anonyme a dit...

Coucou me revoilou c'est encore moi en fouillant dans mes disques j'ai trouvé le disque de Flo Prud'homme a l'état completement scrap mais ca peut t,aider quand meme pour la liste de 45t de l'étiquette R&B les titres sont
Le barreau de chaise
Les vacances
Numero de serie R.B.605
Bonne soirée.Stéphane.

S.ébastien a dit...

Merci Stéphane! Et un de moins!

S.ébastien a dit...

Encore merci Stéphane pour toutes ces précisions; je me suis empressé de corriger l'article.

J'allais presque oublier de parler des collabos du duo.

Pour le film "On sait ou entrer Tony...", je n'en ai vu qu'un trop bref extrait sur youtube. Il chante "Les portes du pénitencier", mais j'ADORERAIS le voir Crier, Crier, Crier! Faudra que je retrace ce collectionneur d'archives visuelles qui vendait des DVDs... hmmm Je suis vendu aux productions de la série Freak-Out Total de Roman... Ouba me laisse perplexe, mais je salue l'expérimentation, aussi enfumée soit-elle. ; )

Anonyme a dit...

Re-bonjour ou bonsoir S_ébastien pour le film de Tony c'est un film de l'ONF peut-etre qu'en allant voir de ce coté la tu pourras trouver quelques chose d'interessant moi a l'époque il y a 18 ou 20 ans j'avais vu ce film et quelques autres dont Kid sentiment et Pas de vacances pour les idoles a MusiquePlus et quelques années plus tard a Musimax peut_etre que si tu les contactes ils pourront peut-etre te dire ou te procurer ce film.Excuse-moi Jai dis une betise dans mon commentaire sur Tony j'ai dis que La Revolution Française avait passer de Canusa a A-1 c'est plutot de Canusa a Revolution pardonne-moi.Merci.Stéphane.

S.ébastien a dit...

Kid Sentiment fut produit pas l'ONF, mais pas "On sait où entrer Tony" ou "Pas de vacances pour les idoles" à ce que je sache.

J'ai Kid Sentiment en DVD; y'a quelques bons moments, même si ça tourne parfois en rond... L'introduction au film par Louis Parizeau est à mon avis un pur moment d'anthologie!

Martin a dit...

http://retrofranco.tripod.com/ArtistesQc.htm

J'avais une copie du 45 tours de Finaldi sous son nom a lui seulement,mais je ne l'ai pas retrouvé.Memes 2 chansons.


Chouette sujet!

S.ébastien a dit...

Ahhh oui? Tiens, ça ne me surprend pas. On ressent plus la camaraderie sur leur étiquette Extra, Roman retrouvant ses deux chums...

Merci Martin!

Michel a dit...

R&B 610 est :
Marie-France Dubois – Viens-t’en viens-t’en / J’entends toujours le même refrain

Merci pour les autres numéros !

Michel.

S.ébastien a dit...

Merci Michel. Ça sonne comment?

Michel a dit...

Ce sont deux versions : Lay Down (de Melanie Safka) et That Same Old Feeling (par Pickettywitch).

S.ébastien a dit...

Tiens, tiens... Merci Michel de nous aider à débroussailler le catalogue R&B.

Martin a dit...

c'est drole ,ma blonde a ca dans ses vieilles affaires...

Gaétan a dit...

Le Max est vraiment bon, c'est du Grunge avant l'heure et un style peu commun ici. Rainy Train Crescent Street est aussi intéressante. Des bonnes découvertes.

S.ébastien a dit...

Max participe aux racines du véritable rock Québécois, t'as raison. On s'est souvent demandé comment le son pesant, les riffs testiculaires, l'attitude... punk ou hardrock, comment tout ça avait commencé.

À la cission entre le yéyé et la pop-rock du début 1970, qui selon vous se démarquait déjà?

Anonyme a dit...

Bonjour S_ébastien,je dirais que le début la cission s'est produite vers 1967 avec ces 2 albums des Sinners Sinnerisme(Jupiter) et Vox Populi par la suite La révolution Française avec l'album C-cool de 1968 et l'Ostidshow de la meme année.Robert Charlebois a su créer une vraie fusion de tous les styles (Joual,yéyé,hard rock,psychédélique,musique tradionelle,chansonniers j'en passe et des meilleurs)après son passage notre univers musicale ne fut jamais le meme.Merci.Stéphane.

yeyequebec a dit...

Vraiment excellent comme article Sébastien! Par contre ça me prouve que je ne suis vraiment pas un fan de hard rock. Trop de rock, pas assez de roll.

S.ébastien a dit...

Merci Michel. Je suis moi-même plus fan des 60's, des racines du punk, etc. mais je m'ouvre depuis un moment au rock, surtout depuis que Aut'Chose m'a ouvert les oreilles à la phonothèque du CEGEP. Anyway, quand ça brasse, je veux entendre ça! T'aimais pas "Souls of Inspyration" toi? ehehe

Je préfère l'arrogance mixée à l'innocence des années 60, mais j'ai toujours souhaité qu'on ait plus de rock star au Québec. Des vrais, pas des imitations ou des panacées. Je regarde dans ta direction, Éric L.

yeyequebec a dit...

Touché!
Mais j'aime mieux le 2e album de Sex, ou encore, le Lp de Medium! ;)

S.ébastien a dit...

Mmmmmmmmedium! ; )
C'est vrai que le second de Sex est bon, meilleur que leur premier disque entk.

Martin a dit...

Il me semble avoir déja lu une entrevue du boss de Kot'ai Records dans un vieux Mainmise...Désolé,je ne me souviens plus quel numero...

Martin a dit...

Par ailleurs,les paroles de Le sorcier,le Maudit sont de Mike Mallory,parolier de Johnny Hallyday.Pas Fou a aussi été reprise par Nanette (et "Wally" Rossi apparait sur l'album "?" des Sinners,etc)
C'est un petit monde quand meme...

S.ébastien a dit...

Merci Martin! Ça aidera la recherche. Microfiches, me voici...

S.ébastien a dit...

Merci de la précision. Fort juste. D'ailleurs, j'ajouterai qqs détails croustillants du parcours européen du duo Tate Finaldi très bientôt.

Aussi, tant qu'à y être, j'aimerais me corriger. Tate a bel et bien publié un troisième disque en 1977.

Anonyme a dit...

Bonjour S_ébastien je crois qu'il est presque impossible de voir une rock star 100% made in Québec c'est a dire que le son rock viens des E.U. et a chque fois il y aura quelqu'un pour dire c'est une imitation d'un tel ou d'un tel du genre (ça sonne comme)meme John Lennon a dit a un certain moment donné que les Beatles étaient les plus grands copieurs que la terre avait connue. il y a eu que quelques grands créateur dans la musique rock ou pop le reste c'est la copie de la copie.Beaucoup de nos artistes des années 60'70' auraient pu devenir des grandes stars internationale de la pop ou du rock malheureusement a l'époque on avaient encore a l'idée (Quand on est né pour un p'tit pain)les gérants d'artiste des ces années la brulaient leurs poulains jusqu'a temps que l'élite artistique les traites de quétaines finis malheureusement les artistes de ce temps la ont pas eus la chance de rencontrer sur leurs chemins un René Angelil.Merci.Stéphane.

S.ébastien a dit...

J'apprécie l'opinion, mais je ne suis pas vraiment d'accord avec le passage-obligé de la comparaison US. On tendait à comparer, mais on a passé ce stade à mon avis. Chaque scène, la nôtre particulièrement, développe une identité qui lui est propre. Comme dans tous les arts, il faut savoir se distinguer dans une marée de copistes. C'est la game, comme essayait de chanter François Jean. Leloup, Charlebois et à la limite Plume sont ce qu'il nous reste de rockstars. Dans l'attitude, n'oublions pas Yann Perreault, Dumas et P.Lapointe... mais ils ne sont pas encore assez taigneux pour être de cultissimes rockeurs. J'ai oublié quelques DJs ou Michel Cusson diront certains... mais c'est pas mon cru. Qui sait, je pourrais changer d'avis dès demain. Ah! Mais c'est pas comme si on manquait de place pour plus de rockstars icitt...

Chez les cousins, (Philippe)Katerine, ça rocke et c'est franchement original. De l'attitude à souhait! J'ai jamais sué comme ça à un show de ma vie. ...et non, ça ne ressemble pas à du King Missile. ; p

Anonyme a dit...

Bonjour S_ébastien je suis tout a fait d'accord avec toi un qui peut devenir une vraie Rock star si il le veut c'est Daniel Boucher j'ai entendue quelques extraits de son dernier album et c'est pas mal du tout je crois que j'ai mal exprimer mon propos lors de mon dernier commentaire je veux tous simplement dire qu'il est presque impossible de ne pas retrouver des couleurs ou des ressemblance a nos voisin du sud dans la sonorité de notre musique et c'est normale toute la musique populaire du 20èeme siècle nous vient des U"S"A
a partir du ragtime de Scott Joplin en passant par le rock n roll le blues le rhythm & blues le soul le twist le disco le rap le hard rock le folk le surf sound le country qui eux memes prennent leurs sources aux vieilles ballades irlandaise aux chansons des esclaves noirs etc etc mise a part les rhytmes latin qui nous viennent d'amérique du sud ou le punk et le rock progressif d'angleterre pour le reste meme notre musique traditionelle nous vient des musiques celtiques d'écosse et d'irlande et nos premières chansons a repondre de la france mais tout ça n'enleve rien a notre genie créateur bien au contraire toute ces influances nous ont permis de créer des chansons extraordinaires on n'a qu'a penser a des créateurs comme Félix,Raymond Lévesque,Ferland,Vignault,Gauthier,Léveillé mais celui qui a vraiment su catalyser toutes ces racines musicales pour créer un son nouveau hors du commun jamais entendu ailleurs c'est Charlebois Garou tout comme une éponge(je ne fais pas de mauvaises blagues) a su ramasser tout sur son passage et s'inspirer de toutes ces multiples racines musicales pour créer un son 100% Made in Québec Dédé Fortin avait le meme genre de génie musicale que Charlebois malheureusement pour nous on a pas eu le temps de pouvoir voir jusqu'a quel point son génie créatif pouvait nous amener en tant que peuple.En passant je te suggère un excellant livre (Destination Ragout) de Christian Coté et Richard Baillargeon ce livre se présente comme un arbre généalogique sur toute les racines de la musique Québecoise de 1608 a 1990.Bonne soirée.Stéphane.

GustavOne11 a dit...

Heureux d'apporter une contribution R&B 604 pour Georges Marchand
Ma belle amie (Tee Set-1969) /Bozo

S.ébastien a dit...

C'est drôle que tu le mentionnes, j'allais justement faire un commentaire pour l'ajouter! ehe Boucher a du chien et j'aime son approche aussi lousse que corrosive. T'as raison!

Fortin allait justement exprimer clairement ce que Baillargeon avait résumé dans son indispensable essai, Destination Ragou. J'ai lu ça l'été dernier et j'ai bien aimé, l'approche est large, mais la mission louangeable: trouver LE son du Québec. J'étais surpris que M. Baillargeon rejette la plupart des groupes 60's dans cet essai, mais ce n'est pas qu'il ne les respecte pas! En lisant son dernier livre (401...), on comprend qu'il a bon goût côté yéyé-garage.

S.ébastien a dit...

Merci Gustav! Le compte est maintenant bon!

yeyequebec a dit...

Le Punk vient d'Angleterre???
Désolé monsieur Stéphane, mais ça aussi ça viens des USA.

S.ébastien a dit...

Ce détail m'a échappé... Michel a raison par contre.

Anonyme a dit...

Bonjour,tout a fait d'accord avec toi yéyéquebec toute forme de rock viens des U.S.A on peut parler des origines du punk avec les Mc5,Stooges,Ramones qui eux memes furent inpirés par les garage band du genre Seeds,Sonics,Music Machine etc etc certains diront que les Stones furent le premier groupe punk d'autres diront les Kinks ces 2 groupes anglais prenaient leurs racines musicales aux américains willie dixon,muddy waters,bo diddley,john lee hooker,chuck berry etc etc d'autre diront que c'est les Who qui serait a l'origine d'une fusion des Mods et des Rockers et que My Génération fut la première vraie chanson punk on peut en discuter mais si on parle de mouvement socio-politique contestataire l'angleterre remporte la palme d'avoir créer ce mouvement avec des groupes comme les Clash ,Sex Pistols avec des gars comme Johnny Rotten pour ce qui est de la mode vestimentaire elle fut inspirée par les rockers des années 50(Américains bien sur) les teddys Boys et Les Mods mais pour les cheveux de couleurs déja au Québec en 64 Les Hou-Lops et Les Classels se bleachaient les cheveux et les Excentriques avec leurs cheveux roses serions nous les premiers a avoir eu cette idée peut-etre sait-on jamais pour le rock progressif c'est la meme chose les racines viennent des U.S.A déja a la fin des années 50 Buddy Holly fut le premier Rocker a inclure de l'orgue,glockenspiel et un grand orchestre incluant des cordes celui de Dick Jacobs dans ces pièces toute l'invasion Britanique fut inspiré par le son de Holly on peut dire de lui qu'il créa une forme de proto-prog certains diront que le prog fut créer a Canterbury par des groupes comme les Wilde Flowers d'autre diront que Jeff Beck avec son Boléro fut le premier d'autre diront les Beatles avec l'album Rubber Soul une chose est sur toute les racines de la musique Pop du 20ème sciècle viennent des U.S.A et comme dirait notre Elvis Gratton nationale ils l'ont tu l'affaire les Zaméricains.Merci.Stéphane.

S.ébastien a dit...

C'est toute une liste d'influences ça, Stéphane!

Justement, faudrait pas omettre les TeddyBoys et Rockabillies. Dean Carter gueulait comme nul autre et Hasil Adkins était chef de file en matière de DIY.

yeyequebec a dit...

Vous avez aussi tout à fait raison Stéphane. De toute façon, on découvre de plus en plus que "ce sont les premiers qui..." n'existe plus vraiment, car on découvrent tout le temps un groupe obscure qui, eux aussi, avait le même feeling que d'autre. Également, l'évolution de la musique et des mouvements socio-culturels fut basé sur d'influence entre les USA et l'angleterre et d'autres pays.

Anonyme a dit...

ce que je cherchais, merci

Anonyme a dit...

I wished to thank you for this nice read!! I definitely enjoying every little little bit of it I have you bookmarked to check out new stuff you publish