lundi, décembre 28, 2009







Artistes Variés - Coca-Cola Jingles (1965; Acétate Marko; Audiodisc 4546)

Le lait de poule au réveillon, c'est dépassé. Cette année, trinquons du plus effervescent des nectars marrons: le Coca-Cola. On demeure pourtant dans l'esprit du Temps des Fêtes lorsqu'on considère que cette marque légendaire a toujours su se marchander efficacement, allant même jusqu'à populariser l'image commercialement viable du Père Noël que nous connaissons tous aujourd'hui. En fidélisant ses consommateurs à une image, voire une couleur, la populaire boisson eut tôt fait de pétiller sur les ondes radiophoniques. En s'acoquinant des étiquettes de disques internationales, ils recrutèrent un nombre impressionnant de groupes pop et d'artistes du palmarès pour les inviter à reprendre le jingle officiel du cola, Things go better with Coca-Cola. Les versions sont aussi inventives que stylistiquement diverses, question de mieux s'identifier à la jeune génération, des teenyboppers aux hippies assumés. Toujours autour d'un même refrain, des groupes pour la plupart UK & US tels les Bee Gees, The Who, The Left Banke et autres Vanilla Fudge relevèrent la barre en signant des arrangements colorés et plutôt raffinés. L'ami-blogueur Claude du site L'Homme Scalp vous propose d'ailleurs un article à propos d'une compilation de ces meilleures bande-annonces radios des années 60. Du lot, j'en ai retenu quelques-uns, tous tirés cette fois-ci des compilations du groupe de discussion U-Space, Psychedelic Promos & Radio Spots Vol. 1-9.



Petite rivière de cola deviendra grand fleuve... En conquérant le marché international, la compagnie cibla rapidement ses campagnes localement. La vague yéyé alors déferlante au Québec de 1965 eut tôt fait d'attirer l'attention du géant qui flairait une bonne affaire dans le marché francophone. L'association fit même la manchette de l'édition du 7 août 1965 du magazine Billboard. On y apprend entre autres que le groupe montréalais J.B. & the Playboys avait été approché, tout comme des habitués du palmarès de la scène francophone: en plus de Pétula Clark (Vogue), César et les Romains (Choc), Les Baronets (Jeunesse Franco) et Les Cailloux (Capitol) sont cités. Avoisinant une photo culte de Sam the Sham & the Pharaos, le tout ne manque pas de piquer la curiosité!

On souligne que ces indicatifs pourraient être utilisés au Québec comme aux États-Unis lorsque les artistes effectueront une percée sur les palmarès américains. Un rêve que convoitaient toujours certains, mais qui ne se concrétisera malheureusement pas (ok, presque avec Les Jérolas et leur double performance au Ed Sullivan Show).


Pour diversifier leur palette sonore et assurer une diffusion massive de leur nouvelle campagne, on recruta simultanément des artistes de différentes étiquettes comme Jenny Rock (Select), le groupe folk Les Quatre-Vingts (Columbia), Robert De Montigny (Trans-Canada) ainsi que Margo Lefebvre (Trans-Canada). Reprenant la formule des indicatifs anglophones, Coca-Cola opta pour un monstre de la chanson française et demanda à ses nouveaux porte-parole d'imaginer leur propre version de Y'a d'la joie de Charles Trenet. Ce titre deviendrait ainsi -tant dans la presse écrite que radiophonique- le nouveau et pétillant slogan publicitaire du breuvage. Avec Coca-Cola, y'a d'la joie... Fallait y penser.



Même Serge Laprade a enregistré sa version du jingle en 1967.

Cette acétate réalisée par les Studios Marko Inc. regroupe la plupart des nom cités plus haut, sur une seule face (l'autre étant vierge). Comme la campagne se renouvelait sans cesse, la diffusion de ces jingles de 60 secondes était purement immédiate et prévisiblement éphémère. Le choix du format « acétate » pour les campagnes radiophoniques pourrait partiellement s'expliquer par des frais de conception minimes et délibérément limités couplés de la faible durée de vie du médium. C'est qu'elles sont fragiles ces acétates, n'offrant qu'une mince couche de vinyl sur un disque d'aluminium. Une fine couche qui dégénère à chaque écoute... Le format était aussi largement prévilégié avant l'arrivée du ruban magnétique. Des EP (ou super-45 tours) furent aussi produits, où deux artistes y proposaient quatre versions différentes du même jingle. J'ai pu répertorier un EP jumelant Les Jérolas aux Quatre-Vingts; qui sait, peut-être en existe-t'il plusieurs autres?

Le tout démarre rapidement avec deux dynamiques versions folks, gracieuseté des Cailloux et des Quatre-Vingts. Alors que ces derniers demeurent plutôt sages, la bande à Jean Fortier fait fi de la bière d'épinette et garde une cadence éffreinée pour une histoire de braconnier qui achète les garde-chasse avec quelques bouteilles de Coca-Cola. Cocasse. On sort ensuite des boîtes à chanson pour se réfugier en boîtes de nuit sur un jerk de Jenny Rock. Entre quelques cuivres, la voix éraillée de la pétillante chanteuse à de quoi séduire sur cette version calquant du même coup sa propre reprise de Walking the dog de Rufus Thomas. Parlant de séduction, c'est Robert De Montigny qui tonifiera ensuite votre cola d'une touche de rhum par ses airs joyeusement kitsch de samba. Coca Gogo, on crie Bravo! quand on boit un Coca-Cola.



Margo Lefebvre bénéficia d'arrangements plus élaborés pour son jingle, me portant à croire qu'il fut probablement enregistré pendant les sessions pour son album Gala 65. L'orchestration est vitaminée à la manière d'un tube du Swinging London et nous fait oublier les lentes ballades qui ont pourtant fait la marque de la chanteuse. Pour leur part, César et les Romains demeurent fidèles au yéyé sur une version énergique et efficace, mais sans grandes surprises. La frivolité de la mélodie de Trenet sied parfaitement au style des Jérolas, pimenté de quelques cuivres. Leur aventure carbonisée ne s'arrêterait pas là, le duo tournant son dos quelques années plus tard à Coca-Cola pour endosser la bière Laurentide, mais aussi... Pepsi. L'Acétate prend fin sur une charmante version de 90 secondes chantée par la francophile Pétula Clark, à l'accent toujours aussi craquant. Un sourire, un Coke, oh les jeunes, quelle merveille; été comme hiver, le Coke est sans pareil.

Rien de tel pour terminer l'année en beauté que cette rare trouvaille parmi les plus effervescente! Je tiens à remercier chaleureusement l'ami Otis pour la numérisation de cette délicate acétate. Laissez un commentaire en téléchargeant.


Téléchargez cette acétate / Download this acetate : Artistes Variés - Coca-Cola Jingles (1965; acétate Marko)

24 commentaires:

Doctorak, go! a dit...

C'est génial les citations rock qu'il y a là-dedans! Boyce renvoie à Jimi Hendrix, les Bee Gees à Sgt Pepper's, et tellement de Beatlesploitation!
Jusqu'à récemment, on considérait que ce genre de pastiche étaient des rip off honteux, mais il se trouve des gens aujourd'hui pour considérer une valeur esthétique à ce genre de truc. Comme un corpus marginal aux oeuvres marquantes de l'époque qui sont une sorte de témoignage en musique de l'écoute qu'on en faisait. Quelle mélodie attirait l'attention, quelle instrumentation avait la cote, quelle expérimentation de studio on repiquait, etc.
Mais tout le monde sait que la constitue une exception américaine: à la manière de nos petites quilles quand partout ailleurs on joue aux grosses, icitte on boé du petsi, Les jungles de pepsi sont-tu mieux?

Simon a dit...

On dirait que les textes des versions anglaises sont plus diversifié.

Wow celui de Margot Lefebvre, grosse production. Première fois que j'entend des cuivres dans une de ces tounes. Ça donnes le goût de creuser la discographie.

Merci

julie.d a dit...

wow, toute une refonte du blogue, j'avais du retard sur mes visites! Bravo!
Me reste à écouter et profiter de ces nouvelles trouvailles documentées à fond, et à vous voir sous peu!
ps de tannante-qui-maintient-ses-convictions: y a-t-il un moyen de mettre les titres de sections en français? :)

Ravel a dit...

Hey! Merci pour ces jingles! Le fan de Margot Lefebvre est content. Je t'invite à écouter un peu plus de ses albums pour réviser ton commentaires sur ses balades: elle ne chante pas que ça! :-)
Ton collègue lointain.

Jean a dit...

Super! Où comment tu fais pour dénicher de tels trésors! Yves Laferrière et Les Cailloux ont chanté pour Coke. Fallait bien qu'ils payent leurs cadeaux de Noël ;-)

S.ébastien a dit...

Effectivement. Côté textes chez les francophones, je dois dire que c'est celle des Cailloux qui se démarque.

La Margot, 'en a d'dans! Je me demande aussi ce que nous réservera sa discographie 65-66...

Anonyme a dit...

Bonjour,WOW c'est excellent tout ça mes préferés sont Jenny et Margot qui sorte vraiment du lot mais je me pose quelques questions est-ce qu'il y a d'autres compagnies du genre pepsi 7-up qui ont fait ce genre de choses au Québec je sais que le jingle de Robert Demontigny avait donné lieu a une pub télé je ne sais pas si les autres jingles ont été réalisé en pub télé la compagnie Coca-cola avait frappé un grand coup au début des années 70 avec Donald Lautrec.Merci pour toutes ces belles découvertes.Stéphane.

S.ébastien a dit...

Trois wow, un super! Heureux que ça vous plaise!

Stéphane: Oui, je crois avoir déjà vu passer un 45 tours de jingles de 7-Up sur eBay. Donald avait enregistré un simple, Terre des Hommes, pour Coke, non?

Jean: Surprenant, n'est-ce pas? Je sens malgré tout une certaine ironie dans leur histoire, une apologie de la passe-droite. ehe

Ravel: Elle a capté notre attention en tout cas! J'ai trouvé une bonne vidéo sur youtube, tout est permis!

Julie D. : Sections anglophones? Où? Tu ne me demanderas tout de même pas de traduire "underground"? ; )

M.A.: Y'a un peu de pastiche, mais pour ton information, une tonne métrique de groupes ont emprunté le sillon tracé par Sgt Pepper. Les Bee Gees sont venus naturellement au style, génies précoces de la pop qu'ils étaient. Ces styles éphémères sont souvent les plus minutieux portraits des tiraillements entre l'underground et la pop, des temps forts en expérimentation. Pour ce qui est des jingles Pepsi, faudra que j'en déniche avant... ; )

Martin a dit...

Je pense que c'est Coca-Cola qui offrait l'album A Wild Pear avec les Guess Who et les Staccatos en échange de capsules de bouteilles de Coke?(en 1968).

Ceci dit:méchante trouvaille pour bien finir l'année!(et faire passer les restes de dinde!)

S.ébastien a dit...

Je crois bien que oui, mais Coke avait aussi recruté pleins de groupes psychés canadiens pour sa campagne: Nucleus, The Guess Who et quelques-autres rares groupes étaient du lot.

Gaétan, tu peux compléter la liste svp? ; )

Anonyme a dit...

Bonjour oui vous avez tout a fait raison a wild pair est un disque de promo pour coca-cola j'en ai eu 3 copies scellé entre les mains a un certain moment mais le vrai disque interessant de coca-cola du coté anglophone(Canadien) s'appelle The Canadian Invasion avec une quinzaine de groupes différents le disque comporte une seule face l'autre face est vierge il est rare comme de la m.... de pape je crois que je l'ai dans ma collection si je le trouve dans mon bordel je le tranfere en fichier et je te donne le lien pour le téléchargé d'ici quelques semaines.Stéphane.

S.ébastien a dit...

Je crois que c'est lui! Sérieusement, tu as ça!?? Fantastique!

Un autre donateur m'enverra le 45 tours de Pepsi; je jumelerai ça dans une suite à cet article. Écris-moi au kiosquealimonade@yahoo.ca

Et merci! Bonne & prospère année!

Anonyme a dit...

Your blog keeps getting better and better! Your older articles are not as good as newer ones you have a lot more creativity and originality now keep it up!

S.ébastien a dit...

Thanks mysterious stranger! I'll try my best with next ones!

Anonyme a dit...

Bonne et prospère annéée a toi aussi S_ébastien avec un peu de retard je viens tout juste de trouver le disque the canadian invasion dans mon bric-a-brac je m'avais trompé sur le nombre de groupes sur le disques il y en a 5 exactement et 11 jingles pour coca-cola les groupes sont The Guess Who-The Mandala-The Magic Cycle-Nucleus et The Five Man Electric Band je suis en pleine restauration de ce disque je t'envois un lien a ton adresse d'ici quelques jours pour le téléchargé.Stéphane.

S.ébastien a dit...

De mieux en mieux! Cette année démarre décidément sur le bon pied!

C'est EXACTEMENT ce disque auquel je faisais vaguement illusion! Wow, quelle sélection tu nous offriras-là! J'ai bien hête de découvrir ces jingles. Merci Stéphane de contribuer ainsi. Si tu as un scan de la pochette/étiquette, ne te gênes pas pour l'inclure.

Bientôt donc... la suite des jingles Coca-Cola et aussi de Pepsi! Restez à l'écoute..

Ravel a dit...

J'aimerais bien me souvenir, pour vous y aiguiller, sur quel blog j'avais trouvé un petit lot de jingles avec Lulu, The Supremes et
Aretha Franklin...

S.ébastien a dit...

Tu penses à l'Homme Scalp, Patrick?

Sinon, passe par ce blog pour télécharger la compilation complète des jingles "Things go better". Une centaine en tout!

http://weirdtownstuff.blogspot.com/2009/08/things-go-better-with-coke-sixties-coca.html

Ravel a dit...

Verrat! Ce n'était pas à cet endroit, mais voici là encore plus que jamais! Coooool! Merci!

Anonyme a dit...

Bonjour S_ébastien,je t'écris pour savoir si tu as bien recu mon message pour téléchargé the canadian invasion(jingles de coca-cola)que je t'ai fait parvenir il y a deux jours.Merci Stéphane.

S.ébastien a dit...

Message reçu, Stéphane! Un GROS merci, j'écoute ça aujourd'hui et te reviens là-dessus bientôt. La suite de cet article sera en grande partie ta responsabilité.. ehe

C'est grâce à des contributions comme les tiennes que nos blogs amélioreront la diffusion de la scène Québécoise (et parfois Canadian..). ;)

Aildoux a dit...

Je connaissait les versions anglophones des ces compilations d'annonces de Coca-cola. Mais une pendant Québecois? Non. Intéressant. J'imagine que plusieurs pays du monde pourrais faire leur compilations, et ce dans toutes sortes de langues. Mais contrairement aux compilations anglo que j'ai vue, qui sont sûrement colligées de divers sources pour créer un document plus ou moin bootleg, l'intérêt de cette compilation Québecoise est qu'elle provient d'un disque d'époque. Bon document. Surement très rare. Merci de nous le partager!

S.ébastien a dit...

Merci de ton commentaire Aidoux! Oui, j'imagine que c'est plutôt rare comme document. J'ai déjà vu passer les jingles en super-45 tours de ces artistes (4 jingles par face; 2 artistes par simple) sur eBay pour de bons prix. Y'en avais un des Jérolas couplés aux Quatre-20. Intriguant...

C'était assez rare pour que la Collection Nationale m'en demande une copie numérisée pour ses archives. ; )

L'Homme Scalp a dit...

Jenny Rock passe ce soir aux Tontons Scalpeurs à CKRL 21 septembre 20:30 - C'est bien sûr son jingle de Coke qui me rend de bonne humeur.