dimanche, juin 13, 2010

Télé Radio Monde, décembre 1969.

Tournées et Nightlife Montréalais (1966-1970)


On a souvent de la difficulté à décrire le nightlife montréalais marginal de la fin des années 60, à en extraire toute la modernité et l'effervescence qui en émanait. La belle époque des boîtes à chanson prenait discrètement fin et celle des cabarets trépassait. Tout aussi «éphémères», les bars psychédéliques, libertins et ou carrément avant-garde défileraient parallèlement à l'effervescence des modes et mentalités. Aussitôt in que c'était out... Le foissonnant ouvrage de Chantal Dumas, Montréal Show Chaud, revisite efficacement le rythme effreiné de l'éveil culturel Québécois d'une perspective montréalaise, une identité nationale aux travers des manifestations des Bozos, Garou & Mouffe, Claude Léveillée, Pauline Julien et toute une trollée d'artistes influents. Riche en photos: Recommandé! Dumas néglige pourtant de souligner les manifestations yéyé ou psychédéliques (pensez aux Love-In des Sinners). L'héritage des bars underground, par exemple, demeure négligeable, mais est pourtant intrinsèque à «la vie d'orchestre»...

Aux cours des prochains mois, je vous proposerai plusieurs extraits numérisés de la presse à potins Québécoise de la fin des années 60. Photo Journal, Echos-Vedettes, Photo-Vedettes, Nouvelles Illustrées, Photo-Police, Journal des Vedettes, Le Nouveau Samedi et autres Télé Radio Monde seront ainsi scrutés à la loupe. Pour les complétistes, notez que la date et le titre de chaque publication est inscrit dans le nom de chaque image. Place aux éphémères!


Suparchipelargo de Charlebois et son esthétisme bédéèsque psychédélique (Echos Vedettes, octobre 1969).

The Ladybirds est un groupe américain de cinq musiciennes qui avait tout un gimmick: les membres jouaient sur scène, seins nus. Elles n'enregistrèrent qu'un seul, excellent et rare 45 tours northern soul vers 1966, (Handsome Boy / Yes I Know , disponible sur iTunes) mais les filles se produisaient déjà dès le début de la décennie et continueraient jusqu'à la prochaine. Elles feraient une brève apparition dans le film de sexploitation de 1968 The Wild, Wild World of Jayne Mansfield et seraient aussi bouquées, la même année, au célèbre bar Chez Paree de Montréal.






Le nightlife montréalais, du Boulevard Saint-Michel à Notre-Dame (Photo-Police; décembre 1969)


Deux mondes se cottoient au Forum à l'occasion de la Saint-Jean-Baptiste (Nouvelles Illustrées, juin 1969).

Si le groupe montréalais Life vous est inconnu, je ne saurais trop vous recommander l'article de l'ultime blog Garage Hangover (leurs sélections Québécoises valent le détour) à propos de leur simples de 1969 pour l'étiquette Polydor. Je vous proposerai bientôt un survol de leur unique album; en attendant, écoutez leur premier simple.







Starovan (commandité par la radio de CJMS) et Musicorama étaient de folles entreprises où quelques dizaines d'artistes partageaient la scène le temps d'une brève mais intense tournée en province ou dans la région montréalaise. Un feu roulant de performances alors que les groupes et chanteurs alternaient leurs courtes prestations (20 minutes environ), le temps de jouer leur plus récent simple, avant de céder la place à un autre, puis un autre... Véritables panoramas des vedettes montantes de la pop Québécoise, la formule éreintante avait tout de même un sacré ratio (1 spectacle, 10 à 20 artistes différents) et permettait de saisir en une soirée LA pop du moment. Tous les éléments y étaient réunis! Aujourd'hui, on préfère les festivals aux interminables tournées, regroupant des dizaines d'artistes dans un programme condensé de quelques jours (Osheaga, Francofolies). Cette diffusion, pour la plupart du temps montréalocentriste, ne pourrait-elle pas reprendre la route, question que tout le Québec en profite? Les récents spectacles ittinérants Tous les garçons et Toutes les filles en sont de bons exemples. Il y avait aussi cette imposante tournée de nombreux groupes métal Québécois qu'il faudrait louanger, mais... j'ai oublié le nom.



Starovan de novembre et décembre 1969 (Photos-Vedettes; Échos-Vedettes)


Starovan d'octobre 1968 [g] et novembre 1967 [d] (Le Nouveau Samedi; Journal des Vedettes)

La vague déferlante des groupes yéyé puis psychédéliques entraina une surabondance de prospects entre 1964 et 1969. Qui deviendrait le it-thing des palmarès de la semaine prochaine? Quel nouveau venu nous ferait oublier tous les autres? Voici quelques prétendants sans lendemain qui n'existèrent que le temps d'une photo discrètement cadrée dans les journaux à potins. Saurez-vous nous en apprendre plus à leur sujet? Écrivez-nous!


Les Gladstone [g], avec un jeune Pierre Flynn (Photos-Vedettes, octobre 1970) et les Satanicks [d] (Télé Journal, juin 1969)



Si Les Smacks ne furent probablement qu'un feu de paille, qu'en est-il des GAP qui avaient un contrat avec les Disques Jupiter?
Et que dire de cette mystérieuse Roseline? Quelqu'un la connait?



Rare press clips of Montreal's nightlife between 1966 and 1970, scanned in high definition, taken from numerous gossip newspapers from my personal collection, with more to come in the next months. Check out the lineups on those Starovan tours! If you know anything about these last four bands (Gladstones, The GAP, Les Smacks, Les Satanicks), write to us.


8 commentaires:

StéphaneB. a dit...

Bonjour S_ébastien.
Je serai donc le premier a commenter cet article.
Quel beau travail de recherche, c'est très impressionnant.
Toutes ces photos de groupes,dont la plupart me sont inconnus,tous ces noms d'endroits a la mode pour danser,les tournées Starovan,tous ces noms de groupes aussi bizarres les uns que les autres.Je ne sais pas si tous ces groupes ont faits des disques,si c'est le cas j'aimerais bien les entendres.
En ce qui concerne la chanteuse ¨Roseline¨,je sais qu'a l'époque il y avait une chanteuse du nom de ¨Roselyne¨ avec un Y,mais celle-ci était sur étiquette ¨Columbia¨,serait-ce la même,seul l'avenir nous le diras.
Encore une fois Merci et Bravo pour toutes ces archives que tu as réussi a sortir des boules a mites pour notre plus grand plaisir.Bonne Salutations.

S.ébastien a dit...

Merci Stéphane. Effectivement, cette semaine on se rinse les yeux plutôt que les oreilles!

Roselyne sur Columbia? Tiens, tiens... Merci; j'enquêterai. Y'a bien une Roseline sur Rusticana (Une rose / De juillet à septembre), mais je doute que ce soit la même.

D'autres découpures de presse pimenteront de futurs articles. J'ai déjà ajouté quelques extraits et photos aux articles de Michel Conte ainsi que La Belle Amanchure. À suivre..

yeyequebec a dit...

Merci beaucoup Sébastien de partager ces trésors!
Mer aussi pour les heures de travail que tu mets là-dedans :)

S.ébastien a dit...

Merci Michel. Je passe toujours des heures à lire toutes ces "actualités" d'il y a plus de quarante ans! ehehe

La lectrice qui m'a vendu cette mini-collection de journaux achetait tous les titres possibles d'une semaine donnée. Donc pour le 11 novembre 1969, p. ex., j'ai le point de vue de plusieurs journaux qui, souvent, couvrent les mêmes événements. Y'a beaucoup de modaineries, mais on y retrouve des topos fort touchants. J'y ai découvert la dernière entrevue de Jean Fortier, donnée sur son lit d'hopital. Déstabilisant. Je l'ajouterai bientôt aux articles sur sa discographie.

Simouth a dit...

Polliwog est le nom de cette tournee metal... Seule chance de voir Antrax et The Tea Party a Port-Cartier!

S.ébastien a dit...

Oui, c'est ça!!! Merci Simouth! Je me souviens qu'Anthrax et C.O.C. étaient passés à Rimouski qqs fois...

eric a dit...

super! tu me laisseras savoir si tu trouves des trucs intéressant en ce qui concerne le jazz/free jazz ou autres variantes (surtout pre-68).

S.ébastien a dit...

Photo-Vedettes est pas réputé pour ses chroniques free jazz, mais d'un autre côté, c'est pas comme si je en lisais que la presse à potins! ehe J'ouvrirai l'oeil.