samedi, mai 02, 2009


Il était une fois...les Boîtes à Chansons

J'ai assisté le 16 avril dernier à l'une des rares représentations que donneront simultanément les chansonniers Claude Gauthier, Pierre Létourneau, Pierre Calvé & Jean-Guy Moreau. Robert Charlebois, lui-même souvent accusé d'avoir enterré l'époque des Boîtes à Chanson, eut l'idée de réunir ces quatre auteurs-compositeurs pour rendre hommage à la scène folk intimiste Québécoise au tournant des années 50. Il ne chanterait pas, mais superviserait la mise en scène du spectacle et confierait à ses fils la première partie (Jérôme Charlebois; timide, charmant et bref) et le buffet qui précédait la soirée (son autre fils est traîteur). À ce sujet, la formule souper-spectacle, bien que conforme à certains cabarets des années 60, révélait malgré tout la clientèle-cible de cette production; ma copine et moi étions parmi les rares spectateurs de moins de 60 ans. Qu'à cela ne tienne! Nous découvririons bientôt que nos chansonniers et leurs oeuvres vieillisent tous à merveille. 4 Grands Crus!


Sur scène, des artéfacts rappelaient l'ambiance à-la-va-comme-j'te-pousse des cabarets improvisés de la Boîte à Clémence jusqu'à la Butte à Mathieu, ceux-là mêmes qu'animaient les Bozos et les nombreux enfants illégitimes de Félix. Après quelques imitations de rigueur de Moreau, un Gauthier percutant d'émotion entrepris son tour de chant valsant entre les premiers titres écrits et de nouvelles compositions. Suivant: Calvé, solide et grave, qui sait rapidement s'imposer par le ton plus fidèle à l'époque concernée. Je dois confesser que des 4 performeurs, c'est celui que je connaissais le moins. Le reste du public, lui, n'avait pas oublié ses hits. Les gens semblaient d'ailleurs stoïcs et comblés à la fois lorsqu'il raconta la genèse d'un titre qui serait repris par Charlebois en 1973, Vivre en ce pays.



J'attendais particulièrement l'arrivée de Létourneau, ayant une préférence pour ses hits depuis mon enfance. Lui qui possédait un riche catalogue déjà dans les années 60, je me demandais s'il puiserait essentiellement dans ses premiers albums. Mais, non... Il en fit bien un en rappel de son premier spectacle en...1961. Toutefois, il choisit de bifurquer assez tôt sur ses chansons à succès (Maurice Richard, Tous les jours de la semaine). Je ne m'en plains pas (le CH était encore dans les séries, alors l'hymne au Rocket était indiqué) et bien que sa performance fut honnête et délicate, on s'écartait à mon avis de l'essence des Boîtes à Chansons. Ils y étaient pourtant tous nés sur scène, on ne ressentait pas nécessairement un retour aux sources... Après tout, rien ne spécifiait d'avance qu'on se concentrerait sur la première époque des Boîtes à Chansons. Ironiquement, c'est lors des tours de chants en groupe que le thème était plus respecté. On salua pourtant avec raison l'apport des chansonnières (Desrochers, Julien, Forestier, Leyrac) et le contexte socio-historique dans lequel naquit la scène folk Québécoise; les personnages habituels mais imités avec brio par Moreau, Drapeau et Angélil particulièrement, ponctuaient les hommages aux différents confrères (Ferland, Félix, Vignault, même Brassens). Ainsi, plutôt que d'offrir un portrait historiquement fidèle à l'époque qui l'inspirait, le spectacle misa sur la rencontre sans prétention, sincère et émouvante de quatre auteurs-compositeurs heureux de retrouver leur public. Encore une fois, la question se pose: devant des spectateurs qui murmuraient toutes les paroles des tubes qui s'enchaînaient devant eux pour cette rare occasion, qu'en est-il de la reconnaissance de l'industrie aux travers des timides rééditions officielles de leurs nombreux lègues? En l'occurence, les mélomanes n'ont pas encore oubliés l'âge d'or des chansonniers... Et moi qui pensait entendre Moreau entonner la Chanson des Bums (thème de Terre des Bums; 1967), j'aurai néanmois eu droit à une charmante et mémorable soirée.

Aux rockers maintenant d'avoir leur tour de chant! Je regarde dans ta direction François Guy... Que dirais-tu de célébrer sur scène les 40 ans de Vox Populi avec tes comparses des Sinners? C'est la saison morte pour Charles P. Linton; téléphonez-vous! ; )




We witnessed on April 16th a rare glimpse of Quebec's early 60's folk scene as Robert Charlebois put together a show in honnor of this golden era of our Chanson. Backed by 2 talented musicians, Claude Gauthier, Pierre Calvé, Pierre Létourneau and fellow folkster/humorist Jean-Guy Moreau offered solid solo perrformances as well as looser efforts as a group. Minus the cigarettes smoke and a real treat of period pieces, the show neverthelss went back in time to capture the essence of Les Boîtes à Chansons (our own Night Owl or Café Wha? styled improvised folk spots). The voices of Gauthier (70) and Létourneau (71) show no sign of aging, always charming and intense. Calvé was dramatic and spot on as he sang «Vivre en ce pays» (To live in this country), a song he wrote for Charlebois in 1973. Moreau kept it funny between sets and did a pretty good Georges Brassens. That show gave a real intimist look at this period, everybody kept shut when Gauthier sang or cheered when Létourneau sang his hit «Maurice Richard» (the Habs were still afterall in the NHL series). All in all, a great night... that could have focused a bit more on the early titles (1958-1966) of these incredible songwriters.

4 commentaires:

yeyequebec a dit...

À bas les chansonniers! Vive les Yéyés! ;)

S.ébastien a dit...

ahaaa
Ramenez-nous la Tournée Starovan!

IncaRoads a dit...

I guess this would be the proper time to express my thanks for all of the great posts over time(the Contretemps and Mathieu releases especially!) and to kindly request one for a release that remains on my wishlist: Robert Charlebois' Fu Man Chu from 1972. Thanks so much!!

S.ébastien a dit...

Thanks IncaRoads! Glad to see these rare folk LPs are apprciated outside of Quebec too!

Last time I check, Charlebois's LP (eponymous from 1972, including the essential "Fu-Man-Chu" track) was still available on CD. Since this blog mainly focus on unreleased or never reissued material, I would recommend buying the CD. BUT...if it turns out this is out-of-print, than I shall rip it for ya in the next months. Stay tuned!